Les Vitarelles
Résumé du secours de novembre 1999


Logo ACL/Speleo

Sommaire

Pour plus de détails...


Le Milieu

Constitué d'un ensemble de plateaux calcaires entaillés par les rivières que sont le Lot, la Dordogne et le Célé, notre département : le Lot est depuis plus d'un siècle un haut lieu de la spéléologie. On y compte en effet plusieurs milliers de cavités dont la plus célèbre est le gouffre de Padirac ouvert au public sur quelques 800 m.

La partie aérienne du gouffre des Vitarelles ne semble avoir été visitée qu'en 1890, au moment où E. A. Martel entreprend ses campagnes spéléologiques en Quercy.

Le réseau des Vitarelles offre actuellement plus de 14 km de galeries explorées : son entrée est située dans l'enceinte du C.E.G (Centre d'Etudes de Gramat). Sa découverte en 1948, a nécessité le creusement d'un puits de 50 m au fond du gouffre.

Dans sa partie amont, la rivière souterraine est alimentée par plusieurs pertes dont Thémines, Théminettes et Issendolus. Le réseau en aval des Vitarelles s'étend jusqu'à la résurgence de Cabouy où l'Ouysse reprend son cours en surface pour se jeter dans la Dordogne près de Lacave.

Le réseau, en aval du CEG et en amont de Flaujac, est à ce jour inexploré en raison de siphons et d'obstructions.


La section spéléo de l'ACL

C'est dans cet environnement qu'une section spéléo forte d'une trentaine de membres, a vu le jour fin 1988 au sein de l'Association Culture et Loisirs (ACL) du Centre d'Etudes de Gramat (CEG).

Les adhérents explorent plus de 80 cavités par an, pratiquent de la désobstruction, effectuent des relevés topographiques, des photographies et publient dans les revues spécialisées le fruit de leurs découvertes.

Six d'entre eux sont membres du SSF (Spéléo Secours Français). Ils participent à des exercices et à des secours réels.

Depuis 3 ans, le club encadre des jeunes lors de la fête du Sport.


Les explorations au gouffre des Vitarelles

Dans le but de mieux connaître la cavité et de l'équiper, l'ACL organise des sorties aux Vitarelles (environ 10 par an).

En général les sorties ont lieu sur une journée.

Les équipes sont constituées de membres de l'ACL et de spéléo d'autres clubs de la FFS (Fédération Française de Spéléologie).

Les équipes du Spéléo Secours Français (SSF) sont invitées à certaines expéditions.


La sortie du 11 Novembre 1999

La sortie préparée à l'occasion du long week-end du 11 novembre devait se passer en deux étapes :

Contrairement aux prévisions météorologiques du 11/11/99, des pluies abondantes sont tombées sur l'Aude et le Lot le 12/11/99 à partir de 22 heures. Elles entraînent une montée des eaux à la station de pompage des Besaces à 3 heures le 13/11/99.

Le lundi 15 les secours arrivent au CEG après une intervention au Gouffre du Saut de la Pucelle.

Trois possibilités sont alors plausibles, de la plus optimiste à la plus catastrophique :

  1. l'expédition s'est déroulée comme prévu et à l'heure de la montée des eaux, les spéléologues étaient au bivouac.
    dans ce cas deux possibilités :

    Dans les deux cas, ils ont tout le matériel (bivouac, nourriture, carbure) et attendent la décrue.

  2. l'expédition ne s'est pas déroulée comme prévu.
    Ils ont été retardés dans la partie amont du réseau, la montée des eaux les a contraints à rester en sécurité dans cette partie du réseau.
    Ils n'ont ni bivouac ni beaucoup de vivres. Le temps est compté si l'on veut les retrouver en état.
  3. La montée des eaux a été brutale et les a emportés dès la nuit de vendredi à samedi.

C'est le premier scénario qui sera envisagé toute la semaine du 15 au 21 novembre 1999.

Dès le lundi matin, la mise en place d'un P.C. de crise se fait au CEG. L'opération de sauvetage est placée sous l'autorité de Marc MEUNIER sous-préfet de GOURDON.

C'est alors que 150 sauveteurs affluent de la France entière : une majorité de pompiers, des gendarmes, des membres du SSF et des militaires.
Pascal Vautier, président de la FFS restera en permanence sur le terrain.
Le directeur du CEG met à disposition tous les moyens nécessaires aux sauveteurs: restaurant, logement, moyens de communication...

C'est l'un des plus importants secours réalisé, il prend mardi une proportion médiatique exceptionnelle.


Le Sauvetage = 7 jours d'efforts

Entre Mercredi 17 et Dimanche 21 les sauveteurs progressent dans le gouffre avec beaucoup de difficultés suite à une hauteur d'eau de 6 mètres supérieure à la normale.

Plusieurs forages sont effectués.
L'un des cinq forages au Brêt, près de Flaujac, permettra d'accéder à la salle de la clé de voûte.

C'est dans la matinée de dimanche qu'un spéléo découvrira une galerie permettant d'accéder à la rivière.

Vers 12h30 le contact est établi (voir la lettre d'Arnaud Cycile) avec les 7 spéléos de l'ACL qui sont tous sains et saufs.

Leur remontée par le forage se déroulera dans la nuit de dimanche à lundi.


Les Problèmes rencontrés par l'équipe de secours

Les sauveteurs ont constitué une équipe exceptionnelle : Plongeurs, escaladeurs, kayakistes, spéléos entraînés au secours ont été dotés des meilleurs moyens existants.

Les problèmes rencontrés provenaient des conditions météos, et des difficultés de localisation des 7 spéléos bloqués.

Les moyens de communication ont prouvé leur efficacité :
Daniel VALADE de Reyrevignes a mis au point un système permettant de localiser en surface, avec une précision de quelques dizaines de centimètres, une balise située à plus de 100 mètres sous terre. Ce système a permis de réaliser avec précisions les forages de Teulayrou.

Graham Naylor un spéléo anglais membre du SSF38 a mis en place un système de téléphone par le sol (le Nicola).


Quelques impressions des spéléos rescapés

Retour Site

Page mise à jour le 17/11/2004 par Thierry MAILLARD
© Reproduction complète ou partielle interdite sans mon autorisation.
http://perso.wanadoo.fr/thierry.maillard/